Dénia.com
Rechercher

Vicent Salvà, directeur de l'UCI: «Nous vivons avec inquiétude et quelque angoisse cette situation qui nous touche et de très près»

26 Mars 2020 - 07: 47

La Communauté de Valence approche les 3.000 143 infections à coronavirus, avec 44 décès et 19 sorties. Le taux d'infection est, pour le moment, supérieur à celui des personnes qui réussissent le test COVID-XNUMX et bon nombre de ces positifs proviennent d'agents de santé.

La Consellera de Sanitat, Ana Barceló, a confirmé il y a quelques jours qu'il y avait 25 travailleurs à l'hôpital de Dénia qui avaient un test positif. C'est normal, ce sont les plus exposés et ceux qui nécessitent le plus de protection. Mais l'ont-ils?

De plus, un autre des gros problèmes avec un nombre aussi élevé d'infections et en croissance constante est l'espace pour y faire face. La Marina Alta est-elle prête? Connaissant le grand nombre de doutes qui existent parmi les voisins sur les caractéristiques du coronavirus et comment il est combattu dans la région, Dénia.com a contacté Vicent Salvà, superviseur de l'USI de l'hôpital de Dénia, qui a répondu à toutes nos questions dans cette interview.

QUESTION. Qu'est-ce que COVID-19 et qu'est-ce qui le différencie d'une grippe commune?

RÉPONSE COVID-19 est un coronavirus qui, comme toute sa famille, possède des prédilection pour infecter les voies respiratoires. Heureusement, dans la grande majorité des cas, l'infection provoque des symptômes légers ou modérés.

Il est vrai que le tableau clinique, quand il n'est pas compliqué, ressemble à celui de la grippe: fièvre, malaise, toux ... Cependant, il y a différences importantes entre ce virus et le virus de la grippe. Une forte contagiosité et la capacité de provoquer une pneumonie sévère en sont quelques exemples.

Q. Dans quels cas devez-vous être admis aux soins intensifs?

R. Malheureusement, dans certains cas, au moins, l'infection atteint et se propage dans nos poumons et provoque une pneumonie qui oblige le patient à être hospitalisé.

"L'USI a toujours des lits gratuits mais les prévisions sont que nous allons nous effondrer dans quelques jours"

Q. Quelle est la situation actuelle dans l'unité de soins intensifs de l'hôpital?

R. Depuis lundi dernier, l'unité n'a été fermée que pour les cas de patients gravement positifs ou suspectés d'infection au COVID-19. Il s'agit d'une mesure nécessaire pour éviter la contagion au reste des patients critiques et pour améliorer la sécurité des professionnels. L'ensemble de l'unité est considérée comme une zone d'isolement. Les autres patients ont été transférés dans une deuxième unité qui a été mise en place pour prendre en charge les cas non liés à cette infection.

Q. Combien de lits avez-vous et combien sont actuellement occupés?

R. Notre unité de soins intensifs dispose de 14 lits. À l'heure actuelle - mercredi 25 mars - l'unité a encore des lits gratuits, mais les prévisions sont que nous nous effondrerons dans peu de jours.

Q. Des plans vous ont-ils été transférés au cas où ils seraient entièrement occupés et que vous seriez débordés?

R. Oui, il existe un plan d'urgence qui prévoit de doubler le nombre de lits pour les patients gravement malades si nécessaire.

P. La Consellera de Sanitat a signalé il y a quelques jours qu'il y avait 25 toilettes infectées à l'hôpital de Dénia. Cela a-t-il affecté votre équipe?

R. Bien sûr. Est inévitable. Nous vivons avec inquiétude et quelque angoisse cette situation qui nous touche et de très près. L'engagement envers notre profession est incontestable, mais il est humain de penser à notre propre santé et à celle de nos familles.

"Ni l'industrie ni les stocks d'hôpitaux n'ont été préparés pour cela"

Q. Quelles sont les mesures préventives que vous prenez?

R. COVID-19 est un type de coronavirus qui il se propage par le contact de gouttes. Il est donc nécessaire d'utiliser des blouses ou des combinaisons imperméables, des masques, des gants, des lunettes de protection, etc. En plus des mesures de protection universelles, en particulier le lavage des mains.

Q. Avez-vous le matériel nécessaire?

R. C'est un sujet qui nous préoccupe beaucoup. Notre hôpital n'a pas fait exception au reste des centres. L'accès aux équipements de protection est très restreint et limité à ce qui est strictement nécessaire pour éviter les pénuries. Il semble que la situation s'améliore progressivement. Ni l'industrie ni les stocks d'hôpitaux n'étaient préparés à cela.

Q. À quelle fréquence êtes-vous testé pour COVID-19?

R. Le test est effectué sur du personnel présentant des symptômes compatibles avec les symptômes infectieux ou, sans symptôme, si le professionnel estime avoir subi une exposition à risque. A partir de là, le suivi est effectué par le service de Médecine Préventive selon chaque cas.

Q. En cas de test positif, quel est le protocole? Les toilettes infectées deviennent-elles des patients? Y a-t-il suffisamment de remplaçants pour garder le personnel nécessaire?

R. Le personnel dont le test est positif ne peut pas travailler. Il doit rester chez lui, si possible, isolé pendant la période que nous appelons «quarantaine» ou jusqu'à disparition complète des symptômes.

Le problème du remplacement de tous les collègues qui ne viennent pas travailler est la simultanéité. C'est-à-dire, de nombreux postes ont dû être pourvus en quelques jours. Cela a mis beaucoup de stress sur l'organisation. Ils se couvrent de nouveaux contrats mais aussi du surmenage des collègues qui travaillent et les remplacent.

"Probablement, pendant les jours qui ont précédé le décret de l'état d'alarme, il y a eu une contagion massive dans notre région"

Q. Quelles sont vos interventions habituelles auprès des patients admis pour coronavirus?

R. Dans le cas des patients gravement malades, leur plus gros problème est qu’ils difficulté à respirer sévère. Ils doivent être sous sédation profonde et connectés à un respirateur. Et à partir de là, tous les traitements et soins d'un patient gravement malade souffrant de septicémie respiratoire. Mais en plus, nos efforts doivent également se concentrer sur empêcher l'apparition de complications secondaires au tableau clinique: complications rénales, cardiaques, etc.

Q. Comment pensez-vous que la situation évoluera?

Je pense que nous avons encore plusieurs jours pour voir le pic de patients infectés. Probablement, pendant les jours qui ont précédé le décret de l'état d'alarme, il y a eu une contagion massive dans notre région. Beaucoup de personnes infectées n'ont pas encore "fait tourner les têtes". D'après l'ordonnance de séquestration, il est certain que le nombre d'infections a été considérablement réduit.

C'est pourquoi il est si important que nous restions à la maison. Le système de santé peut résister à un pic de demande de soins de santé pendant quelques jours, mais pas s'il est soutenu pendant plusieurs semaines. Il est absolument crucial que nous nous sacrifions tous pour sortir de cette situation avec le moins de vies possible.

Et une dernière astuce pour les citoyens: porter un masque c'est bien mais c'est aussi important ou plus Faisons très attention à ce que nous touchons et maintenons une hygiène stricte de nos mainsIls sont le principal véhicule par lequel le virus se propage et se propage.

Commentaires 2
  1. Beatriz dit:

    Je fais confiance au système de santé espagnol, à ses professionnels et aux décisions politiques. Merci beaucoup. Restons à la maison. Santé et chance

  2. Terry dit:

    Hier, j'ai vu des retraités dans un guichet automatique retirer leur pension, tous touchant l'écran sans utiliser de gants ou de lingettes. Aucun signe pour les conseiller non plus.


34.902
4.060
7.813
1.820
Nous utilisons nos propres cookies et ceux de tiers pour vous proposer des publicités personnalisées et collecter des données statistiques. Si vous continuez à naviguer, nous considérons que vous acceptez notre Politique de cookies.