Caravaca, l'artiste de Dénia qui enfreint les règles professionnelles pour donner vie à ses créations

Nous sommes dans le Centre d'Art L'Estacio. Il y a l'artiste, Juan Caravaca, seulement avant ses œuvres, décidant lesquelles feront partie de l'exposition qui s'ouvre ce vendredi à Dénia. Il a apporté beaucoup de ses créations, il veut que l'équipe soit à la hauteur de sa première exposition majeure dans la ville qui l'a vu naître.

Bien que cela ait été lent pour atteindre Dénia. Avant d'exposer chez lui, il a exposé ses travaux à Lisbonne, Rome, Roumanie, Bulgarie, New York, Mexique, Paris, Allemagne, Maroc et Stockholm. Et seulement cette année encore en Italie, Buenos Aires et Oran.

Juan Caravaca apprend des techniques et renouvelle ses connaissances depuis 2008. Ce qui a commencé comme un passe-temps l'a transformé en un artiste autodidacte. D'abord en peignant des livres, puis avec des tutoriels sur Youtube. Jusqu'à ce que son chemin croise celui de l'artiste de xàbia Tomás Sivera, qui est devenu son enseignant, son mentor et maintenant son partenaire d'étude.

Depuis lors, il y a eu de nombreuses présentations de concours de peinture de partout au pays, même si cela a coûté cher de commencer à y être sélectionné. Un long chemin qui l’a mené jusqu’à présent, peut-être l’un des meilleurs de sa carrière artistique, dans lequel il a un large éventail de collègues artistes à ses côtés. Tomás Sivera, Toni Marí et Joan Castejón connaissent et valorisent le travail et l'artiste. Un bon exemple de cela est sa participation au catalogue de l'exposition de Dénia, dans lequel on pense à son travail et à sa créativité.

Une mention spéciale mérite la participation à ce catalogue du prestigieux professeur d'art Román de la Calle, qui a rédigé la présentation du catalogue, soulignant "Sensibilité en faveur de la nature" de Caravaca. Parce que son travail est critique, il incite les gens à réfléchir et à aller plus loin afin que le spectateur tire une conclusion en observant ses peintures.

Plus de dix ans après ces débuts, son travail est reconnu et reconnaissable. Ses forêts, ses couleurs, ses traits et ses textures ont déjà leur propre nom. Parce que Caravaca a réalisé un style de création unique qui ne peut pas être expliqué, cela vaut la peine d'être découvert.

De l'abstraction géométrique de son travail précédent, il est allé à cette nouvelle collection, Silvam Via, le sentier des forêts, un échantillon qui peut être apprécié à partir de ce vendredi et jusqu’au 1 de mai au Centre d’art de l’est de Dénia.

articles connexes

Commentaires sur «Caravaca, l'artiste de Dénia qui enfreint les règles professionnelles pour donner vie à ses créations»

*

31.707
3.738

Ce site utilise des cookies pour vous d'avoir la meilleure expérience utilisateur. Si vous continuez à vous parcourir donnez votre consentement à l'acceptation des cookies mentionnés ci-dessus et l'acceptation de notre Politique de cookiesCliquez sur le lien pour plus d'informations.