Nos peuples ont aussi leurs monstres

Halloween revient comme chaque année depuis que cette fête anglo-saxonne a été réglée ici. Tous les mois d'octobre, 31 accueille des personnes de tous âges habillées de manière effrayante pour passer inaperçu parmi tous les monstres qui errent librement dans les rues de chaque ville. Tout cela pendant une seule nuit, fête et horreur.

Image: ian-espinosa-rX12B5uX7QM-unsplash

Il est donc très courant durant cette nuit de traverser la rue avec une sorcière, une momie, des vampires et de nombreux zombies. Mais d'autres êtres qui portent plusieurs générations parmi nous se faufilent entre eux et jusqu'à récemment, ils n'avaient aucun jour à célébrer parmi les vivants. Ce sont les monstres de la tradition valencienne, qui autrefois terrorisaient les petits et qui, maintenant oubliées, voient à nouveau la lumière.

Image: fey-marin-KnVwCMg3GbA-unsplash

Des êtres comme Moro Mussa, un personnage traditionnel de notre mythologie à qui on raconte qu'il voyageait accompagné de son chat noir et d'un serpent enroulé dans son corps.

C'est aussi le cas des Butoni, une espèce de monstre, ou démon, personnage habituel du bestiaire de l'imaginaire valencien, qui se consacre à commettre des méfaits et effraie les petits enfants.

Et qui ne se souvient pas de l'homme dans le sac? On dit qu'il kidnappe des enfants en les mettant dans un sac. Il est généralement représenté comme un homme errant dans les rues avec un sac à la recherche d’enfants perdus. C'est l'un des stéréotypes d'être dont les créatures ont peur.

Image: watari-j85t8FTaCcE-unsplash

Parmi les monstres du bestiaire valencien, on retrouve également la Quarantamaula, une créature mystérieuse d'origine démoniaque, un être fantastique qui servait à effrayer les enfants lorsqu'ils se conduisaient mal.

Et n'oubliez pas les Gambosins, une sorte de petits hommes, bien qu'un autre les considère comme des animaux, qui vivent cachés dans les forêts proches des villages. Ils aiment s'approcher des noyaux peuplés pour observer les citadins et imiter leurs gestes et leurs actions. Ils ont également tendance à approcher les zones de camping ou les zones avec des fonds et des tables pour manger. Quand ils trouvent quelqu'un, ils se moquent de lui. Certains disent qu'ils ont une queue, d'autres hurlent et dansent jusqu'à la pleine lune; et d'autres les considèrent comme des gobelins capricieux.

Image: daniel-jensen-NMk1Vggt2hg-unsplash

Ils sont rejoints par Donyets, Cuca Fera, l'Home dels Nassos, Els Gegants ou Les Bruixes. En bref, un large éventail d’êtres est fier de constater que notre tradition a aussi des monstres, des histoires et des légendes liées à la peur.

articles connexes

Commentaires sur «Nos peuples ont aussi leurs monstres»

(Obligatoire)

33.565
3.896
6.589
1.610
Nous utilisons nos propres cookies et ceux de tiers pour vous proposer des publicités personnalisées et collecter des données statistiques. Si vous continuez à naviguer, nous considérons que vous acceptez notre Politique de cookies.