Dénia.com
Rechercher

Le Montgó de Dénia: informations utiles pour le visiter, nature et histoire

11 juin 2020 - 14: 26

Le Montgó est une extension des chaînes de montagnes de Betic, le système de montagnes qui traverse le sud-sud-est de la péninsule ibérique. Cette montagne est l'un de ses derniers vestiges avant de mourir en mer et de réapparaître aux Baléares: les chaînes de montagnes Betic se submergent au bout du Montgó et continuent le long des fonds marins jusqu'à Ibiza et Formentera. Le massif du Montgó a toujours été un phare naturel pour les marins, de par sa hauteur et sa proximité avec la mer. L'importance du parc naturel réside dans la grande richesse de la flore et de la faune qu'il abrite dans une très petite zone.

Ensuite, vous avez un index avec tous les points que nous allons traiter.

Informations générales

Bien qu'au sens strict, le Montgó n'affecte que Dénia et xàbia, les communes voisines telles que La Xara, Jesús Pobre, El Verger, Ondara, Pedreguer et Gata de Gorgos sont ponctuées par leur empreinte paysagère.

Le Montgó marque complètement le littoral de Dénia et Xàbia: la côte commence bas dans le Molinell (la frontière avec la région voisine au nord, La Safor), et continue de sable jusqu'à Dénia. Mais dans la partie sud de la ville, Les Rotes, la côte commence à être rocheuse. À Cabo de San Antonio, les falaises peuvent déjà avoir 100 mètres de dénivelé. Après le cap s'étend une plaine connue sous le nom de Les Planes, qui relie Dénia et Xàbia.

Instructions

Par l'autoroute méditerranéenne AP-7, sortie 62 (Ondara, Dénia, Jávea) Prendre la route CV-725. À la hauteur de La Xara, nous pouvons prendre la CV-735 qui mène à Jávea autour du Montgó au sud, ou continuer vers Dénia. Sur la Plaza Jaume I, prendre l'avenue Montgó en montant, jusqu'à Pare Pere Hermitage, point de départ de certains itinéraires. La route CV-736 relie Dénia et Jávea, traversant le parc dans une direction nord-sud.

Plan du lieu

Ceci est une carte utile pour vous guider: elle vous aidera à reconnaître la zone urbaine de la ville, les zones d'urbanisation, certaines communes voisines et l'emplacement du massif du Montgó lui-même.

Points les plus connus

Ce sont les endroits les plus nommés qui attirent le plus de visiteurs dans le parc naturel:

La Cova de l'Aigua

La Cova de l'Aigua o Cueva del Agua se trouve sur une paroi rocheuse presque verticale à l'ombre du Montgó. On y accède par un chemin situé à côté du Caseta del Pare Pere. Il y a une croyance que cette grotte a fourni de l'eau à Dénia dans les temps anciens, mais c'est un fait peu probable. Au cours des XVIe et XVIIe siècles, des travaux de rénovation ont été effectués sur son intérieur, pour collecter les eaux de pluie, qui, à travers de longues conduites de boue, alimentaient une zone de la colline.

La grotte sculptée

La Cova Tallada Il est taillé dans une falaise près du cap San Antonio. C'est une grotte artificielle, le résultat de l'action de l'homme, qui l'a utilisée comme carrière pendant des siècles pour extraire la pierre brute, si caractéristique de l'architecture de la Marina, en particulier de Xàbia. Il est accessible à partir d'un chemin qui commence à partir du tour Gerro et longe le littoral. Le cas de la Cova Tallada est exceptionnel, car il a Capacité limitée entre le 15 juin et le 30 septembre, pour éviter la surpopulation des visiteurs. Pour en profiter, vous devez faire un réservation. L'accès sans elle est interdit.

La Creueta

Au sommet du Montgó se dresse une croix, "La Creueta", un lieu très visité par les randonneurs. Il a une longue histoire que vous pouvez connaître votre article en profondeur.

La réserve marine de Cabo de San Antonio

C'est une zone protégée de haute valeur écologique, dans laquelle la pêche et la collecte d'organismes, de flore et de faune sont interdites. La plongée est limitée et nécessite un permis spécial; cependant c'est un domaine merveilleux pour pratiquer tuba. Sur son fond marin, il y a des coraux, des prairies de posidonies et d'autres faune et flore très précieuses.

De plus, cet environnement marin du parc naturel du Montgó est idéal pour observation des baleines et oiseauxcomme les tortues de mer, les dauphins et les baleines. Au bout de la zone des Rotes se trouve un observatoire des cétacés et des oiseaux avec un panneau explicatif.

Routes

La meilleure façon de profiter du parc naturel du Montgó est d'entrer en contact avec lui à pied ou à vélo. Voici les itinéraires balisés:

À pieds

  • Du Camí de la Colònia au Cova del Gamell, faible difficulté
  • Itinéraire de Cova de l'Aigua à Racó del Bou, de difficulté moyenne
  • Du Camí de la Colònia au sommet des Planes, plus difficile
  • Route du Camí de la Colònia à la Creueta: c'est la plus difficile

En vélo

  • De Camí de la Colònia à Cova del Gamell: itinéraire facile, qui peut également se faire à pied
  • Autour du Montgó à vélo en passant par Dénia-La Xara-Jesús Pobre-Xàbia-Puerto de Xàbia

Le parc naturel

Le parc naturel du Montgó a un extensión de 2093'3517 hectares, soit 20'93 km2: Dénia couvre 12 km2 et Jávea 9 km2 de parc. La hauteur maximale Elle mesure 753 mètres de haut.

Le centre d'accueil

Le siège du parc naturel du Montgó est situé à Dénia, dans le Centre d'interprétation du parc naturel du Montgó, à l'intérieur de la ferme de Bosc Diana: Camí de Sant Joan, 1. Dans ce centre, il y a une exposition accessible avec des informations sur les écosystèmes de Montgó et la réserve naturelle des fonds marins de Cabo de San Antonio, les principaux itinéraires, les usages traditionnels et les offres d'activités pour les visiteurs . L'exposition propose des guides audio en 5 langues. Si vous avez besoin de plus d'informations, les numéros de contact sont les 96 6467155 et l' 679196461. Vous pouvez également écrire par e-mail parque_montgo@gva.es. Si vous trouvez cela intéressant, voici comment vous y rendre:

Qui le gère et les données techniques

Le parc naturel du Montgó dépend du ministère de l'agriculture, du développement rural, de l'urgence climatique et de la transition écologique de la Generalitat Valenciana. C'est le Site officiel du parc naturel du Montgó, dans le portail de la Conselleria.

  • Figure de protection: Parc Naturel
  • Date de création du parc: 16 mars 1987
  • Autres chiffres: lieu d'importance communautaire (LIC). Comprend les micro-réserves de la flore des Rotes A, Les Rotes B, Les Rotes C, Cap de Sant Antoni, Cova de l'Aigua, Barranc de l'Emboixar et Illot de la Mona

Caractéristiques

Géologie et formation

La figure de Montgó est le produit du choc des forces entre les plaques continentales africaine et européenne. Comme il est formé de matériaux de roche calcaire, dans le parc naturel il y a des grottes et des gouffres d'origine karst. Les falaises de la région de Cabo de San Antonio subissent une modélisation continue avec l'action de la mer.

Climat

Le Montgó est situé dans une zone au climat méditerranéen occidental, à laquelle appartient tout le territoire valencien. Mais avec la particularité qu'il s'agit d'un zone de transition entre le climat méditerranéen plus humide au nord et le climat plus aride au sud. La pluviométrie annuelle moyenne est d'environ 700 mm, avec un maximum entre septembre et novembre. Dans cette zone de transition se trouve un ensemble de reliefs, comme le Montgó, qui servent de tremplin aux vents venant du nord-est, qui sont ceux qui apportent les tempêtes les plus intenses. Les précipitations augmentent dans ce secteur et le rendent le plus humide du territoire valencien.

Au sommet du Montgó, il y a le phénomène de crypto-précipitation: pluies localisées très abondantes avec la présence habituelle de nébulosité, comme si les nuages ​​étaient "accrochés" lors de leur passage au sommet.

Flore

Près de 700 espèces de plantes habitent sa petite zone, et beaucoup d'entre elles sont endémique (cela signifie qu'ils ne se trouvent qu'ici). La flore est très riche en raison des particularités géologiques et climatologiques du Montgó. Certaines des espèces végétales les plus représentatives sont: les communautés de sabina negra (Juniperus phoenicea), le fenouil de mer (Crithmum maritimum) et de genévrier marin (Juniperus oxycedrus subsp. macrocarpa).

Une autre espèce très représentative est le Ifach Silene (Silène Ifacensis). La toujours vivant est endémiqueLimonium rigualii). Les endroits où il y a le plus de plantes endémiques sont aussi les plus inaccessibles, comme les falaises de Cabo de San Antonio. Une curiosité est que certains de ces endémismes sont partagés avec les îles Baléares: le silène d'Ifac, le genévrier marin ou le chardon de roche (Carduncellus dianius).

Dans la zone la plus élevée du Montgó dominent le romerales (Rosmarinus officinalis) et aussi le chatouilleurs (Quercus coccifera), qui remplacent les chênes verts surexploités.

Les pins du parc proviennent du repeuplement. Dans les zones ombragées et plus humides, il existe des communautés de cœurs de genévriers et de palmiers. Ce dernier est la matière première de l'un des produits artisanaux les plus appréciés de la Marina Alta, celui de l'osier, notamment à Gata de Gorgos.

Dans les zones ombragées, il existe également des endémismes tels que herbe de fer à cheval (Hippocrepis valentina). La flore du parc dépasse les 600 espèces. Le massif du Montgó et le Cabo de San Antonio ont toujours eu une bonne réputation auprès des botanistes. AJ Cavanilles, le botaniste valencien de renommée mondiale du XVIIIe siècle, dédie ce texte à Montgó dans son œuvre Histoire naturelle, géographie, agriculture, population et fruits du Reyno de Valencia (1797):

«Tout est vert vers le nord, à l'exception des ravins et des coupes perpendiculaires près du sommet; au contraire, vers midi tout est aridité et roches pelées en rives presque horizontales, de nature calcaire, par parties de marbre cendré avec certains jaunes et d'autres avec des fragments de longeron de calcaire. "

Le botaniste Cavanilles différencie parfaitement les zones ensoleillées et ombragées si claires du Montgó, avec de grandes distinctions entre les faces nord et sud.

Quelles plantes sont dans chaque zone

Ce sont des unités paysagères qui peuvent être identifiées dans le parc naturel, et la flore spécifique qui pousse dans chacune d'elles:

  • Les falaises de Cabo de San Antonio: seules des plantes hautement spécialisées sont capables de coloniser une falaise. Dans la zone correspondant à plus ou moins 10 mètres au-dessus du niveau de la mer, où les éclaboussures des vagues atteignent mais ne sont pas soumises à leur coup direct, se trouvent le fenouil marin et l'immortelle, adaptés pour vivre dans les fissures résistent déjà à la salinité. Plus haut, il y a le fer à cheval valencien et le col de peñas (Pseudoscabiosa saxatilis), Sanguisorba ancistroides y Sarcocapnos saetabensis. Dans les sections avec moins de pente et dans les petits ravins, coscojar, romeral de garlanda, herradura valenciana et Centaurea rouyi. Et endémisme Carduncellus dianus.
  • La plaine du cap San Antonio: Il est très altéré par l'action humaine, avec beaucoup d'urbanisation, incendies, zones de loisirs ... On y trouve du chêne kermès avec guirlande romeral. Dans les romerales les rockroses sont mélangés, parmi lesquels le Cistus monspeliensis. Dans la zone proche du phare, le repeuplement a été effectué avec des pins halepo (Pinus halepensis).
  • Pentes du cap San Antonio: Ils n'ont pas beaucoup de différences de végétation par rapport à la plaine, mais il faut souligner ses grandes terrasses en maçonnerie, aujourd'hui abandonnées. Précisément à cause de ces cultures anciennes, les amandiers et les caroubiers épars sont unis lorsque coscojar et garlanda romeral.
  • Le versant nord du Montgó: en particulier kermesh-lentiscar avec pin halepo. Romeral avec guirlande, amandiers, caroubiers. Dans les zones plus ombragées, fougères et mousses, le Selaginella denticulata. Cañares de Arundo Donax et lauriers roses aux mûres. Fer à cheval valencien et Teucrium flavum subsp. glaucum.
  • Falaises de l'Ombrie de Montgó: ici la communauté du fer à cheval valencien et du col de peñas, ainsi que les cœurs de genièvre et de palmier trouvent leur environnement optimal. Dans ce paysage se développent des espèces qui se sont adaptées aux brouillards importants qui déposent ici quotidiennement leur crypto-précipitation.
  • Versant sud du Montgó (appartenant à Xàbia): cette unité paysagère se trouve principalement à l'extérieur du parc. Il y a des chênes kermes et des romerales de garlanda, sans pins. Dans les zones avec moins de pente, il y a un cœur de roche (Hypericum ericoides) et thé de montagne (Jasonia glutinosa). En dehors du parc, les cultures pluviales (vigne, amande, olivier, caroube) dominent.
  • Falaises du Montgó ensoleillé (également à Xàbia): ils ressemblent à de la roche nue mais il y a des communautés végétales intéressantes: genévrier noir, cœur de palmier et aussi Chaenorrhinum crassifolium y Teucrium hifacense.
  • Zone du sommet: il ne présente pas de grandes différences par rapport aux pentes. Le coscojar et le romeral dominent, restes également de vieux chênes verts. La plus grande hauteur donne un environnement plus frais, ce qui favorise la présence de Crocée d'Helianthemun y Sidérite cavanillesii, rare sur les pistes.

Découvertes botaniques sur le Montgó

Voici quelques-uns des scientifiques qui se sont intéressés à cette montagne au fil des ans et aux plantes qu'ils ont découvertes:

  • AJ Cavanilles: Convolvulus valentinus, Biscutella montana y Scabiosa saxatilis.
  • Ph. B. Webb: Carduncellus dianius, un endémisme dianico-pitiusique, et le Thymus webbianus.
  • E. Boissier: Hippocrepis valentina y Helianthemum caput-felis.
  • Au Cap San Antonio, CC Lacaita parle de Sonchus dianae et Silène hifacensis.
  • C. Pau parle, entre autres, de la Centaurea Mongoi et l' Poterium ancistroides.
  • P. Font Quer décrit l'endémisme dianique-pitiusique Asperula paui, qui vit dans les fissures des rochers de Cabo de San Antonio.

Faune

Le Montgó est l'un des sites naturels zoologiques les plus uniques de la côte valencienne. Les animaux les plus connus sont les oiseaux et les mammifères. Malheureusement, il existe des facteurs qui affectent négativement la faune, comme l'urbanisation dans les zones voisines. L'un des cas les plus dommageables, par exemple, est celui de l'urbanisation de Marquesa, dans la municipalité de Dénia. D'autres facteurs sont le feu, la chasse et les randonneurs, bien que ce dernier ne soit pas un facteur ayant beaucoup d'impact.

Mammifères

Dans la brousse vit le lapin de la forêt (Oryctolagus cuniculus), dans la pinède la musaraigne commune (Crocidura russula) et la souris forestière (Apodemus sylvaticus). Aussi les carnivores tels que la genette (Genetta genetta) et plus sporadiquement le renard (vulpes vulpes). Dans les cultures, les rats et les souris, la musaraigne naine (Suncus struscus), léporides et certains mustélidé comme la beletteMustelia nivalis). Il est également important de mentionner la chauve-souris (Rhinolophus euryhale), qui vit dans les grottes et les zones inférieures du parc.

Dans les zones marines du parc naturel du Montgó, il y a des mammifères marins tels que le dauphin rayé (Stenella coeruleoalba). La richesse de la faune du milieu marin est protégée dans la réserve marine du Cap de Sant Antoni (Cabo San Antonio).

volaille

Parmi les menteurs ou les mouettes de Cabo de San Antonio, la plus abondante est le goéland argenté (Larus argentatus).

Ils sont également très représentatifs de la mouette à pattes jaunes (Laurus michaellis) et le shag (Phalacrocorax aristotelis, espèce très menacée dont les dernières colonies de la péninsule méditerranéenne nichent ici. D'autres oiseaux abondants dans le parc sont la chouette effraie (Ces albums) et la crécerelle commune (Falco tinnunculus). L'aigle de Bonelli est également trouvé (Aquila fasciata), épervier (Falco peregrinus) et hibou grand-duc (Bubo bubo).

Mais les oiseaux les plus répandus sont les passereaux: dans les rochers se trouvent les martinets (Apus sp.) et l'avion de roche (Pryonoporgne rupestris) et divers turgide. Dans les buissons, le pinsonsle Emberizidés et les silvides, parmi lesquels se distingue la fauvette sarde (Sylvia Sarda). Dans la forêt il y a aussi silvides comme le troglodyte rayéRegulus ifniciapillus).

Reptiles

Vous pouvez voir, parmi de nombreuses autres espèces, le lézard commun (Podarcis hispanica), lézard à longue queue (Algirus Pasammodromus), le lézard ocellé ou fardatxo en valencienLacerta lepida) et les geckos communs (Tarentola mauritanienne) et rose (Hemidactylus turcicus). Aussi serpents comme le serpent bâtardMalpolon monspessulanus), le serpent fer à cheval (Hippocrépis Coluber) et le serpent d'eau (Natrix Maura).

Les amphibiens

Les amphibiens sont rares, car l'eau est également rare. Mais le crapaud commun peut être trouvé (Bufo bufo) et grenouille rousse (Grenouille Perezi).

Les invertébrés

Les hélicides Ils sont une famille de gastéropodes terrestres qui comprend la plupart des escargots communs. Quant aux insectes, dans le Montgó il y a Lépidoptères (des familles de satyres, nymphalides, géométrique y perdu. Il existe un certain nombre d'insectes qui peuvent causer des dommages dans les zones boisées comme la feuille de pin morte (Dendrolimus Pini), L' lichénidé Strymonidia esculi et la processionnaire du pin Thaumetopeia pityocampa.

Espèces hautement protégées

Parmi les amphibiens, le crapaud coureur (Bufo calamita), le crapaud éperonné (Cultripes Pelobates), et la grenouille tachetée (Pelodytes punctatus). Des reptiles, le gecko rose (Hemidactylus turcicus), le lézard de Cendrillon (Psammodromus hispanicus), le scinque ibérique (Chalcides bedriagai) et le serpent échelle (Elaphe scalaris). Les oiseaux insectivores tels que le bruant du jardinier (Emberiza hortulana), le lúgano (Carduelis spinus), l'hirondelle dáuric (Hirundo daurica), la pie-grièche (Excubiteur Lanius), le bonnet noir (Sylvia atricapilla) et sarda (Sylvia Sarda), le grimpeur (Tichodroma muraria), le rocker rouge (Monticola saxatilis), le rouge-queue royal (Phoenicurus phoenicurus), le tailleur de pierre du nord (Saxicola rubetra), et le cirlo à tête blanche (Turdus torquatus). Aussi des rapaces diurnes tels que le faucon pèlerin (Falco peregrinus) et l'aigle de Bonelli (Hieratus fasciatus), et nocturne comme la chouette des marais (La chose est), le hibou grand-duc (Bubo bubo), l'aigle aux doigts courts (Circaetus gallicus), le vautour commun (Gyps fulvus) et le cerf-volant noir (Milvus migrans). Un mammifère très menacé est le blaireau (Meles Meles). Le hérisson maure est rare (Algirus Erinaceus) et la musaraigne naine (Suncus etruscus). Aussi la chauve-souris voleuse (Myotis myotis) et la chauve-souris des cavernes (Miniopterus schreibersi).

Notre Histoire

Le massif du Montgó a eu une grande importance en tant que tour de guet sur la Méditerranée à travers l'histoire. Ceci est indiqué par divers résultats.

Préhistoire

La première preuve archéologique de colons sur le Montgó provient de la Cova del Montgó (Xàbia) et ils sont attribués au Paléolithique supérieur, il y a environ 30.000 XNUMX ans. La Cova del Montgó, également appelée Cova Ampla, est situé à environ 450 mètres au-dessus du niveau de la mer sur le versant sud du Montgó, et, comme nous l'avons dit, dans la zone municipale de Xàbia.

On y accède par un chemin qui part de la route Dénia-Xàbia à La Plana, le long d'un chemin d'environ trois kilomètres. Dans cette grotte, des points d'encoche ont été trouvés suggérant que la grotte était habitée au Paléolithique supérieur, dans le Solutréen. Pour le moment, ce sont les témoignages les plus anciens de présence humaine sur Montgó.

En 1989, des membres du centre d'excursion de Gata ont découvert Peintures rupestres de la Cova del Barranc del Mig. Les représentations sont petites et ont un caractère symbolique avec des motifs géométriques difficiles à interpréter. La grotte fait face à l'ouest, sur le versant ouest du Montgó. Son accès est très difficile car il est situé sur une paroi presque verticale, d'environ 40 mètres de haut. Des sépultures néolithiques, des récipients en poterie et des pointes de flèches y ont également été découverts.

Les iberos

Le parc naturel abrite le Ville ibérique d'Alto de Benimaquia, où des échantillons d'échanges commerciaux avec les Phéniciens ont été trouvés. L'Alt de Benimaquia Il mesure 225 mètres de haut, accessible depuis la route de Dénia à Xàbia, au kilomètre 2. Il y a une fortification angulaire renforcée par des tours.

Un autre règlement important est celui de la Pic de l'Àguila: il est sur le sommet le plus à l'ouest du Montgó, et il y a les restes d'une fortification de trois lignes et de structures domestiques, qui semblent former une structure urbaine. Il Site du Coll de Pous Il se trouve sur le versant nord-ouest du Montgó, à quelques mètres du site du Pic de l'Àguila. Des céramiques ibériques avec un pourcentage élevé d'importations italiques y ont été trouvées, suggérant des liens commerciaux avec Rome. Cela signifie que la ville de Dianium était en gestation. Dans ce site, des pièces entre V et II BC ont été trouvées, coïncidant chronologiquement avec le Trésor de Montgó.

El Trésor de Montgó Il a été trouvé en 1895 sur le versant au-dessus du Coll de Pous. Il se composait de 16 pièces trouvées à l'intérieur d'un vaisseau, d'un ensemble de pièces d'argent de 108 grammes et de plus de 1000 XNUMX grammes de lingots d'argent, probablement le résultat des relations commerciales des Ibères. À l'heure actuelle, la localisation de ce trésor est inconnue.

Âge romain

À l'époque romaine, le massif du Montgó était important comme point de référence pour défendre l'important port de Dianium.

La Taifa de Dénia

Sous la domination islamique, Dénia, capitale d'un Taifa, a retrouvé sa splendeur de port, et encore une fois Montgó, son importance de gardien. Le géographe arabe al-Idrisi Abdul-Abdalla se réfère à lui comme Gebâl-Kâun (Mont Caon, qui évoluera vers l'actuel Montgó).

La reconquête et les temps ultérieurs

En 1244, Jaume I a pris la région et les ermitages de la Reconquête ont été construits, qui parsèment les pentes du Montgó. Il existe également des moulins à vent datant du XNUMXème au XNUMXème siècle. À partir du XVIe siècle, les côtes de la Marina Alta ont été harcelées par des pirates berbères. Pour se protéger, des tours de guet comme le tour Gerro.

XNUMXe siècle: la colonie agricole de Montgó

La Colonie agricole de Montgó C'était un essai de colonisation agricole qui n'a pas donné les résultats escomptés. Pour freiner l'émigration, l'État a approuvé une loi de colonisation et d'émigration intérieure (loi du 30 août 1907), par laquelle la terre pouvait être distribuée aux colons qui étaient disposés à la cultiver. Le conseil municipal de Dénia disposait d'un terrain sur le versant nord (déjà dans ce qui est maintenant un parc naturel) et a décidé de consacrer une partie à la culture de la vigne pour son exportation fraîche, car le raisin sec était en crise. Il a approuvé le projet en 1921 et a distribué ces parcelles, qui ont commencé à s'appeler "Colònia del Montgó".

En 1925, la plupart des 51 parcelles de trois hectares qui avaient été distribuées étaient cultivées et il semblait que la colonie avait été un succès. Mais les années suivantes, surtout avec la crise de 29, les exportations de raisins ont chuté et les récoltes ont été abandonnées. Après une longue période d'inactivité, cette initiative a tenté en 1953 d'être réactivée: les terres ont été redistribuées et remises aux colons. Mais après quelques années, ils sont à nouveau incultes.

Au début des années 70, avec le boom tourisme, le terrain est réévalué et le conseil municipal les récupère. À la fin de 1976, la session plénière du conseil municipal de Dénia a approuvé l'inclusion de la Colonia Agrícola del Montgó dans l'inventaire du patrimoine municipal.

Curiosités

Etymologie: l'origine du nom "Montgó"

Selon l'historien Roc Chabás, dans un manuscrit de 1856 qui sera publié plus tard dans son histoire de Dénia (1874), "(...) le mot Mongó est dérivé du Mont Caon. Il ne fait aucun doute que notre montagne s'appelait Caon au XNUMXème siècle, comme l'affirme le célèbre Casiti en parlant du livre de Re rustica, dont il dit avoir écrit un auteur arabe appelé Abd-el-Rahaman-Abu-Mathreph, dans lequel il traite principalement des plantes qui poussent sur la côte de Denia et sur les pentes du mont Caon ou Mongon. Le Nubien l'appelle Caun. En plus de savoir comment s'appelait auparavant cette fameuse montagne, nous avons en notre faveur la facilité de devenir Mongó les mots Mont Caon."

L'ancrage

Dans les zones rurales valenciennes, le terme «terrasse» est souvent utilisé, ce qui signifie «terrasse». Les terrasses ou terrasses sont les formations construites par l'homme qui décomposent la pente d'une montagne en marches dont la partie horizontale est utilisée pour la culture. Chaque terrasse est une étape, et sa fonction est de retenir la terre sur la pente et de faciliter l'agriculture. Dans les limites du parc naturel du Montgó, il y a eu deux grands groupes de terrasses: celles qui occupent les zones inférieures et celles qui se trouvent dans les zones les moins accessibles. Les terrasses du Parc Naturel sont dans une large bande qui entoure le massif à mi-hauteur. Les travaux d'entretien sur ces terrasses n'ont pas été effectués depuis longtemps, et elles sont également érodées et détériorées par le feu et la pluie.

Galerie de photos

Sources de référence

Bibliographie:

  • "El Montgó et Penyal d'Ifac" Guides des Parcs Naturels de la Communauté Valencienne. Élevez le mercantile valencien. Aneto Publicaciones SL. Texte, cartographie, coordination, conception et mise en page: GradualMap SL.
  • "Parc Naturel du Montgó. Etude multidisciplinaire". Agència del Medi Ambient, Département d'administration publique. 1991. Divers auteurs.
  • Offices de tourisme de Xàbia et Dénia
Laisser un commentaire

    36.330
    4.235
    10.456
    2.060
    Nous utilisons nos propres cookies et ceux de tiers pour vous proposer des publicités personnalisées et collecter des données statistiques. Si vous continuez à naviguer, nous considérons que vous acceptez notre Politique de cookies.