Dénia.com
Rechercher

L'archéologie supervise le projet de réaménagement de la Glorieta après avoir trouvé du matériel islamique

Novembre 25 de 2022 - 13: 39

Le projet de réaménagement Glorieta et son environnement a commencé son exécution autour de la même place, avec le remplacement des conduites d'eaux pluviales et d'eaux usées. Le projet comprend une performance archéologique mise en scène par la compagnie Alebus. Patrimonio Histórico SL, avec le suivi de l'archéologue, Noemí Daniel Asensio et la supervision du Service municipal d'archéologie.

Les interventions archéologiques réalisées aux abords de la place ont fourni des vestiges immobiliers et des ensembles matériels exceptionnels qui ont permis de découvrir l'évolution urbaine de la médina des XIe-XIIe siècles dans ce secteur de la ville actuelle et, avec d'autres interventions archéologiques, ont une vision très attentive de son tissu urbain.

Le processus d'urbanisation de la Calle Marques de Campo et l'installation du réseau d'égouts qui a affecté les environs du rond-point du País Valenciano en 1994, ainsi que la construction d'autres éléments comme une batterie de conteneurs enterrés en 2007, ont révélé une stratigraphie archéologique complexe avec des unités de la période islamique. précieux niveaux de l'époque chrétienne médiévale, moins connus pour la recherche archéologique. Paradigme de ces niveaux post-islamiques, est l'ensemble de céramiques italiennes, majorquines et catalanes provenant des interventions archéologiques sur la Place des Archives, dont la chronologie s'étend des XIVe au XVIIe siècles.

Encore une fois, la stratigraphie archéologique post-islamique a été peu abondante et difficile mais présente. Certains murs datés par une monnaie du XVIIe siècle, une pièce avec un arbre de Valence, peut-être de Felipe III ou Felipe IV, accompagnée de quelques formes en céramique, nous renvoient à cette chronologie.

Les interventions archéologiques réalisées dans la rue Ramón y Cajal en 2017 par l'équipe technique d'Arpa Patrimonio SL, révèlent une caractéristique commune à toutes, elles fournissent une architecture islamique immergée dans un environnement urbain prestigieux, où les habitations domestiques présentent des structures de fabrication soignée et où les décorations murales et les patios carrelés sont courants, avec des bandes décoratives qui délimitent parfois des structures liées à l'utilisation de l'eau à des fins ornementales.

D'autre part, l'archéologie du lieu révèle une problématique qui distingue la médina islamique, c'est-à-dire une topographie beaucoup plus accidentée dans ce secteur que la ville actuelle, avec une pente ou un plongeon sensible dans une direction nord-sud.

Le projet archéologique qui a été conçu repose sur la mise au point d'un suivi exhaustif de toutes les conditions du sous-sol, bien que la rénovation de certaines canalisations s'étende sur des tranchées antérieures, car elles révéleront des profils stratigraphiques susceptibles de documentation archéologique. De même, diverses prospections ont été projetées en fonction de ce que l'avenir archéologique conseille.

L'archéologie, cependant, a encore une fois été généreuse et nous a fourni des structures uniques. Une route nord-est/sud-ouest avec un égout, qui délimite une habitation dans laquelle on aperçoit une latrine à côté d'un bassin bien entretenu qui cache un petit canal. La typologie des éléments qui composent la mortaise, des briques de 27,00 x 24,00 x 4,00 cm, nous renvoie, une fois de plus, à une zone urbaine prestigieuse où les tuiles sont courantes.

Une fois l'intervention terminée, qui peut encore réserver des surprises, les vestiges seront recouverts de géotextile et de graviers inertes et resteront conservés sous le nouveau plancher de la Glorieta.

1. -
2.- Photo : Alebus. Patrimoine historique SL
3.- Intervention archéologique dans la rue Ramon y Cajal, 2017. Photo : Arpa Patrimonio SL.

Commentaires 5
  1. Pigeon dit:

    Pourquoi ces vestiges de cultures antérieures ne sont-ils pas valorisés, des découvertes qui apporteraient sans aucun doute un plus d'attrait culturel à la ville ? Sans aucun doute, ce serait utile pour CETTE "SAISONNALISATION DU TOURISME DE DENIA" dont ils parlent tant dans les forums du secteur et cela rendrait les yeux des citoyens heureux.
    Je ne comprends pas l'option que les vestiges soient recouverts de géotextile et de gravier inerte et restent préservés dans tant d'endroits de la ville et maintenant aussi sous le nouveau sol de la Glorieta.!!!

    • Joan dit:

      Ils parlent de « désaisonnaliser le tourisme » depuis les années 70, oubliant que les gens ont une vie, des emplois, des écoles et de vraies obligations dans leur pays ou leur zone de résidence. Ici, ils croient que tout le monde est fonctionnaire ou vit de revenus.

  2. César Pino Dominguez dit:

    S'agit-il d'authentiques ruines à valeur archéologique ou de décombres d'époques révolues ?
    Je dis cela en raison du traitement que l'administration accorde habituellement à ces parcelles, qui une fois explorées, restent à l'état d'abandon pendant de nombreuses années.
    La végétation est arrachée, la flore qui dénote la richesse du terrain, de grands sillons sont ouverts, laissant en vue des friches dévastées et cruellement blessées, finissant en dépotoirs pour piétons, tandis que des travaux compromis sont paralysés, laissant l'urbanisation des rues et avenues presque inachevée .éternellement.
    Le consistoire a-t-il vraiment intérêt à conserver ces décombres – selon son propre traitement – ​​ou essaie-t-il de se donner la peine de parler de culture islamique en même temps ?
    J'en profite pour rappeler que dans notre pays le gouvernement social-communiste travaille exactement dans le sens opposé ; abattant des croix, voulant faire de même avec la vallée des morts. Laisser des églises, des monastères, etc. sans service ni entretien. Vraiment historique, bref, tout contre notre culture chrétienne.
    Qu'est-ce qui nous arrive, où allons-nous avec les préférences, voire l'aide qu'on donne aux gens selon qu'ils sont d'ici ou qu'ils viennent ou qu'ils sont amenés de là-bas.
    Excusez-moi, je me suis égaré… mais on est touché par le déracinement, je ne veux pas que cela paraisse xénophobe, puisque l'erreur vient de notre gouvernement, pas des immigrés, qui finalement profitent de ce qui est gratuit et sans aucune compensation SE LEUR PROPOSE .
    Bonjour messieurs.

    • Joan dit:

      Oui, oui, ça a pas mal dévié. Dommage de confondre ou d'essayer de mélanger Histoire et Archéologie avec Politique, immigration et Religions.

      • César Pino Dominguez dit:

        Bonjour Juan, je te comprends et te respecte. Mais dans l'Espagne actuelle, TOUT EST LIÉ. LES LAÏCS, EN CE QUI CONCERNE NOS CROYANCES CATHOLIQUES, ET LEUR PERSÉCUTION, L'ANNULATION DES FÊTES DE CULTE ET LES FÊTES TRADITIONNELLES et ignorant et méprisant leur travail humain et désintéressé qu'ils offrent à tous, sans distinction de croyance. Et la facilité politique pour qu'il y ait des mosquées dans presque toutes les populations d'Espagne presque dans les portails des maisons, permettant leurs coutumes ancestrales et donnant la priorité à leur mise à jour en Espagne. Comme je l'ai déjà dit, CE N'EST PAS LA FAUTE DES IMMIGRANTS, qui finiront malheureusement par être chaque jour plus observés et aussi plus agacés par cette permissivité.
        Merci D. Juan. Salutations.


37.861
4.449
12.913
2.480